cercles de vie 2012 - 2017

Nina Urlichs ne peint pas le mouvement, mais capture l'empreinte du mouvement qui fait briller
des œuvres d'art, fragiles et éphémères comme le temps. Elle utilise la transparence des couches de papier
et accentue ainsi l'impression de mouvement. Les longues silhouettes ou les formes courbes ont été adoucies,
de sorte qu'il ne reste qu'une trace effacée : "J'aime travailler avec les ombres et
Les empreintes, toutes les choses transitoires qui pourraient disparaître" . Les formes des corps, remplies de couleurs,
deviennent une ligne et l'abstraction. Les œuvres de 2012 à 2017 sont toutes dans ce sens : une exploration
d'un mouvement perpétuel. Les surfaces se multiplient et deviennent diptyque, triptyque et plus encore.
Les panneaux, alignés entre eux, créent une œuvre unique, remplissant tout le mur et qui pourrait être étendue à l'infini.

"A travers nos mouvements et nos gestes, un langage corporel se construit.
Chaque seconde, nous communiquons avec notre corps.
Ces mouvements corporels laissent des traces
invisible en dehors du moment présent, mais à jamais dans notre mémoire.
C'est dans ces fragments de temps que je trouve mon inspiration et ma peinture gestuelle,
sobre et synthétique, ce langage est transféré sur les toiles et les œuvres sur papier".

Les corps sont toujours en mouvement vers l'extérieur et en même temps en quête de méditation et de réflexion intérieure.
Comme dans la philosophie zen asiatique, dans mes œuvres, l'espace vide est aussi important que la surface traitée ou peinte.